Pyramide de Maslow, comment en changer sa vision

Bonjour à tous,

dès qu’il est question de management, de développement personnel ou simplement de gestion des besoins, il est rapidement question de la Pyramide des besoins de Maslow. Cette modélisation des besoins d’un individu est très utile, cependant, en voulant rendre un modèle souple plus facilement mémorisable, il est devenu figé de prime abord.

Le modèle de Maslow

Afin de vous exposer mon point de vue et ma contribution, une brève présentation du modèle est nécessaire (plus d’infos ici).

Abraham Maslow a déterminé différents types de besoin qui sont des moteurs entrainant l’action de l’individu :Maslow

  •      Besoins physiologiques
  •      Besoins de sécurité
  •      Besoins d’appartenance et d’amour
  •      Besoins d’estime
  •      Besoin d’accomplissement de soi

D’emblée nous voyons que chaque domaine est essentiel et que chacun constitue un domaine de progression à part entière pour une personne.

La représentation en pyramide est vite devenue la manière la plus pratique de présenter ce modèle. Cependant, elle induit que chaque besoin est tributaire des besoins précédents pour être complété. Ainsi, pour remplir le besoin d’estime de soi, il faut d’abord avoir complètement satisfait ceux d’appartenance, de sécurité et les besoins physiologiques.

Cette lecture est une erreur que Maslow même dénonçait, expliquant que la satisfaction des besoins était fonction de la satisfaction partielle des autres. En somme il faut atteindre un certain niveau dans la satisfaction des besoins physiologiques pour de fait avoir un sentiment de sécurité et donc la satisfaction de ce besoin. Si mes besoins physiologiques sont satisfaits à 80%, j’ai un certain sentiment de sécurité qui se dégage de cette certitude…

La représentation en pyramide est utile mais je souhaite vous présenter ma manière d’utiliser ce modèle en coaching.

Ma vision du modèle

MaslowSi l’on envisage ce modèle comme désignant des axes de travail sur un diagramme « radar », ces derniers sont d’emblée plus accessibles. D’autre part, le coaching fonctionne déjà énormément avec des échelles de valeur, que ce soit pour mesurer la motivation face à un projet ou autre. Dans ce cas, chaque besoin a sa propre échelle de valeur qui, lorsqu’elle est combinée avec les autres, offre une vision globale de la situation, uniquement selon ce modèle de pensée. Libre à nous ensuite, de fixer un objectif sur ces échelles et de déterminer avec le client ce qu’il va pouvoir mettre en place comme actions pour parvenir à ces différentes valeurs.

En lui même, le modèle de Maslow est très utile, il permet de catégoriser les tâche et offre un ordre d’action (on s’occupe des besoins essentiels type physiologiques avant de travailler sur ceux plus éthérés comme l’accomplissement personnel). C’est également un outil d’évaluation qui combine plusieurs domaines de vie du client, lui offrant ainsi une vision globale des choses.

Cependant, c’est une grille de lecture de la situation et elle n’est pas infaillible, c’est pour cela qu’il est essentiel de croiser les approches et de faire appel à des personnes renseignées sur le sujet, comme un coach ou certains thérapeutes.

En espérant que vous avez apprécié cet article.

Bon weekend.

William

William Roy

Author William Roy

Depuis maintenant 6 ans, j'aide les projets à sortir de terre et les porteurs de projet à profiter pleinement de leur vie et de leur aventure entrepreneuriale.

More posts by William Roy

Join the discussion One Comment

Leave a Reply