Comment vous mentez sans le savoir.

By 16 octobre 2015Bonheur, Coaching, Stress

Chaque jour nous utilisons des expressions de manière automatique qui sont parfois révélatrices de notre positionnement par rapport à une situation. En coaching, nous portons assez régulièrement notre attention sur la manière qu’ont nos clients de s’exprimer et d’exprimer leur accord, leur désaccord et leur vision d’une situation.
Parmi les différentes expressions qui peuvent être intéressantes à noter, « pas de problème » est l’une des plus révélatrices.
En effet, pas de problème est une expression qui implique qu’il pourrait y en avoir un. N’avez-vous jamais remarqué que nous utilisons assez régulièrement l’expression « pas de problème » comme un signe d’acceptation d’une situation où il est nécessaire de clarifier s’il y a ou non un problème ? Pourtant, à aucun moment il n’a été (pour l’instant) question de problème, nous amenons cela naturellement afin d’éviter tout malentendu. Pour autant, cela ne signifie pas que nous sommes en paix avec la situation.
Sans verser dans la paranoïa où l’on pourrait croire que parler de problèmes les génère, il faut bien reconnaître que cette expression indique à un niveau profond, voire inconscient, qu’au moins une partie de notre intellect est en désaccord avec la situation que nous vivons.

Exemple:

“- Salut, tu peux me remplacer vendredi pour faire l’accueil de la conférence ?

-C’est à quelle heure ?

-15h45

-Je dois être à 16H15 à l’école de mon fils…

-Ça ira, il y en a pour 5 minutes, s’il te plait, c’est à charge de revanche !

-Ok, pas de problème”

Bien entendu, la personne acceptant finalement de remplacer son collègue va se retrouver a regarder sa montre en permanence et à se préoccuper d’aller le plus vite possible dans l’accueil des participants à la conférence… Encore un cas où apprendre à dire non peut avoir son utilité.

Porter attention à cette expression possède de multiples bénéfices que nous allons explorer maintenant.

Pourquoi vous devez porter attention au discours de votre interlocuteur

Au quotidien nous tendons à écouter les gens pour préparer une réponse et non pour recevoir pleinement le message transmis. Il n’y a rien de plus fâcheux que cela.

En coaching, nous nous devons de porter attention au discours de nos clients sans avoir envie nécessairement de leur répondre en effet, via le discours c’est la carte du monde de notre client qui visible. Sans vous donner l’ensemble des clés de l’écoute qui est l’un des piliers du coaching tel que je le pratique, je vous propose de travailler votre écoute afin d’entendre et de comprendre le monde de votre interlocuteur via ses mots. L’attention toute particulière que nous pouvons porter à « pas de problème » peut nous amener à nous rendre compte de trois choses lorsque nous écoutons nos interlocuteurs:

  • La première de ces choses et qu’il est essentiel de lever toute ambiguïté d’emblée lorsqu’il est possible qu’il ait un problème
  • La seconde est que, parfois, ce qui pose problème à l’interlocuteur n’est pas ce qui nous pose problème et qu’il nous faut en être conscient à tout instant.
  • entendre parler de problème, nous envoie un message d’alerte et nous stresse (on y reviendra en fin d’article)

À votre avis pourquoi est-ce que votre interlocuteur cherche à vous rassurer en vous disant qu’il n’y a pas de problème ? Est-ce simplement par gentillesse, par prévenance ? Ou est-ce plutôt parce que dans sa conception du monde ce que vous lui demandez, ce qu’il vit avec vous, peut éventuellement lui poser problème et il cherche à vous le signaler ?

Ainsi la prochaine fois que vous entendrez une personne dire « pas de problème » questionnez votre comportement et tentez de vous mettre dans les baskets de votre interlocuteur.
De manière générale une attention plus soutenue, plus complète, au discours des personnes qui vous entourent vous permettra une meilleure communication et une plus grande efficacité lors des discussions.

Pourquoi vous devez VOUS écouter et traquer cette expression

Lorsque vous vous employez cette expression, cela signifie que vous êtes en dissonance entre ce que vous pensez, ressentez intérieurement et ce que vous dites. Cette dissonance est vraiment intéressante, sans se focaliser dessus, il faut lui porter attention car elle devient un indicateur de bien-être. Si vous étiez entièrement en accord avec une situation, une interaction, une action, vous n’auriez pas à signaler qu’il n’y a pas de problème. Vous Diriez « oui », « très bien », « ça marche »…
Alors que la semaine dernière nous avions vu comment l’adjectif « petit » mal utilisé pouvez-vous limiter, l’utilisation inconsciente de l’expression « pas de problème », elle, peut vous mettre dans des situations fort fâcheuses. Après tout, si vous avez le besoin de lever toute ambiguïté c’est qu’il en existe une, au moins pour vous. En acceptant cette situation vous entrez volontairement en dysharmonie avec vos valeurs, vos convictions, c’est en cela que vous mentez presque chaque jour.

Vous réduisez la dose de stress que vous attrapez/transmettez chaque jour

Chaque jour, nos interactions avec nos contemporains nous permettent de réaliser des projets, d’apprendre de nouvelles choses, de vivre notre vie. Avec ces contacts, nous transmettons et recevons ce que j’appelle des “charges émotionnelles” : joie, gratitude, incertitude, ennui…

Théoriquement, nous sommes maitres de ce que nous transmettons durant nos contacts avec les autres. C’est pour cela que bannir l’expression “pas de problème” devient l’une des meilleures choses que vous puissiez faire. En faisant cela, vous réduirez le stress que vous transmettrez involontairement à vos interlocuteurs. En réduisant le stress, vous aurez de meilleures discussions et des relations plus apaisées avec vos collègues, fournisseurs, clients. A votre avis, qu’est-ce qui est le plus utile ? Avoir un fournisseur qui est content de vous appeler même en cas de soucis parce que vous avez une bonne relation ou un fournisseur qui va vous entourlouper pour éviter de vous contacter ?

Dans le sens contraire, quand vous entendez “Pas de problème” chez votre interlocuteur, pourquoi ne pas désamorcer la situation pour éviter de vous prendre une charge stressante supplémentaire ? La présence de ce mot, surplombant votre discussion telle une épée de Damoclès, tend à crisper tout le monde. Mieux vaut ainsi en être conscient et chercher à désamorcer la situation, histoire de vivre un peu plus détendu !

Il est maintenant temps de vous laisser reprendre votre journée. Vous savez désormais que votre langage peut devenir votre meilleur ami[tweetthis display_mode= »button_link »]Votre langage peut devenir votre meilleur ami[/tweetthis], tout d’abord en évitant de mentir et de vous mentir, ensuite en vous permettant de s’affranchir de vos limites inconscientes.

Reste une question à vous poser: est-ce que vous en avez envie ?

Bon weekend.

William

William Roy

Author William Roy

Depuis maintenant 6 ans, j'aide les projets à sortir de terre et les porteurs de projet à profiter pleinement de leur vie et de leur aventure entrepreneuriale.

More posts by William Roy

Leave a Reply