Bonjour à tous,
nous sommes le 25 décembre, le lendemain de noël, et j’aimerais d’abord vous souhaiter de bonne fêtes de fin d’année. C’est une période qui est propice au partage mais également au renouveau. Les bonnes résolutions en sont un exemple. Je ne compte pas vous faire un article sur comment bien faire le bilan de votre année, ni sur comment tenir ses résolutions du 1er janvier. Je compte vous faire un cadeau de noël, un vrai, un beau, sans engagement ni contrepartie de votre part (en fait, je vous fais 3 cadeaux).

Certains d’entre vous le savent, je suis très impliqué dans l’entrepreneuriat, pour des raisons personnelles (je crois dans le potentiel de changement du monde de l’entrepreneuriat) et professionnelles (je travaille avec des entrepreneurs à 80%). Cette implication s’est pendant les deux dernières années traduit par l’organisation de Startup Weekend dans la région Aix-Marseille. La mission de ces événement est de faire sauter les croyances limitantes autour du fait d’entreprendre et de transmettre une méthode, une approche de l’entrepreneuriat qui prouve qu’il est possible de se lancer sans avoir 50 000 euros de réserves.

A travers mes contacts avec le monde de l’entrepreneuriat, j’ai fini par trouver 3 points essentiels qui sont valables pour tous les projets que l’on mène.

Cadeau n°1: Fait, n’essaye pas

Quand j’entends parler d’entreprises c’est souvent en faisant référence à d’autres boites. Il s’agit souvent de faciliter la définition du projet en le rapprochant d’un autre mais parfois, cette comparaison prend une autre tournure : « on essaye de … » ou encore « on s’est inspiré de XXX et de leur manière de faire pour essayer de… ». J’écrirais prochainement un article sur les bienfaits d’être soi mais regardons le point commun à des deux phrases? A chaque fois, il s’agit d’essayer, pas de faire. C’est bien dommage car comme nous l’enseigne Yoda (et bien d’autres) « do or do not, there is no try ».

J’ai consacré un article complet à la nuance, je vous le résume brièvement ici:

Essayer signifie ne pas s’engager pleinement dans un tâche, dans un projet. Il faut bien entendu savoir garder une certaine raison mais l’engagement complet est un point essentiel, peut importe le projet. Imaginez qu’en disant que vous essayer de vous mettre au sport, vous mettez le sport au même niveau que la chemise que vous avez essayé « juste pour voir » l’autre jour… Bien dommage non?

 

Quel est le point commun de tous ceux qui réussissent, peut importe le domaine? C’est qu’ils sont devenus orientés vers la réalisation et non vers l’essai, peut importe la taille de la réalisation.

 

 

 

Cadeau n°2: la perfection n’existe pas, l’effort parfait oui

Qu’il s’agisse d’entreprises ou de projets divers, l’attente d’un moment parfait, d’un produit parfait ou d’un alignement des étoiles repousse d’autant la mise en marche du projet. Beaucoup d’entreprises sont inquiètes du degré de perfection de leur produit, comme certains sont inquiets de la perfection de leur thèse ou d’autres de leur photos. Du coup, ils attendent. Longtemps. L’occasion parfaite tant attendue ne vient pas et hop! On foire un projet auquel on tenait beaucoup, on perd confiance, on a plus de ressources…

Si l’on devait rester dans l’entrepreneuriat ou les invention, ce serait de montrer son prototype fonctionnel au plus vite afin de voir comment les gens l’utilisent. Dans le cas d’un livre, ce serait sortir le premier chapitre et voir ce qu’en disent vos amis, les étrangers qui tombent dessus…

La perfection est un mythe, une chimère que nous cherchons sans cesse à atteindre, alors que nous pouvons atteindre quelque chose de bien plus intéressant: l’effort parfait.

L’effort parfait, c’est la conjugaison de l’ensemble de nos actes dans un produit final. Un produit, un résultat qui aura nécessairement ses failles, ses faiblesses mais où vous aurez fait de votre mieux dans le contexte donné où vous avez exercé. Par exemple: vous avez un match de tennis important, vous sortez d’une grippe carabinée et vous jouez d’un mieux que vous pouvez malgré les courbatures résiduelles, la fatigue musculaire générale… En faisant de notre mieux dans un contexte donné on s’assure plusieurs choses essentielles:

  • On s’assure qu’on ne regrettera pas d’avoir donné que 60% de nous même,
  • On voit ce que ça donne quand on se donne à fond et on atteint notre maximum plus facilement, puisqu’on le fait plus souvent
  • On détruit notre perfectionnisme paralysant pierre à pierre pour devenir meilleurs.

Ne cherchez pas à devenir Rafaël Nadal, Steve jobs ou Stromae, soyez vous et donnez vous toutes les chances de réussir en produisant un effort parfait, pas un produit parfait.

Cadeau n°3: il n’y a pas d’échecs, que de l’information

Ce qui est fascinant avec les personnes qui ont des projets, c’est leur facilité à dire si c’est une réussite ou un échec cuisant. Personne ne peut dire si c’est le cas, pas même vous. Parfois, on apprend plus de nos projets qui n’ont pas aboutis comme nous le voulions que de nos réussites. D’ailleurs, beaucoup d’écrivains dans le domaine du business valorisent bien plus les entrepreneurs qui se sont plantés une fois ou deux que ceux qui ont réussi du premier coup. Pourquoi? Parce qu’ils ont une autre vision de l’entreprise et de son cycle de vie, parce qu’ils ont conscience des écueils présents sur la route…

Je suis souvent surpris de voir certains clients éviter l’introspection quand les choses se passent différemment de leurs plans. « Ils n’ont pas compris ce que je voulais dire », « le marché n’est pas prêt… » sont des excuses courantes. Pourtant, quand vous ratez un gâteau, vous examinez ce que vous avez fait pour éviter la même erreur la prochaine fois, pourquoi est-ce que ce serait différent pour vos projets?

Cessez de considérer qu’il n’y a rien à tirer d’un projet qui ne fonctionne pas comme vous voulez, considérez ce que vous pouvez en sauver, pour de futurs projets et d’un coup, tout ira mieux. Nous avons peur de l’échec en France et c’est bien dommage car dans chaque projet qui capote, nous avons une leçon a tirer…

Le seul échec que vous pouvez connaitre, c’est de ne pas tirer les leçons des expériences que vous vivez.

 

 

Voilà, c’étaient mes cadeaux pour noël, à vous de décider si vous avez envie de les recevoir ou non.
Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année.
Bon weekend.
William


Also published on Medium.

William Roy

Author William Roy

Depuis maintenant 6 ans, j'aide les projets à sortir de terre et les porteurs de projet à profiter pleinement de leur vie et de leur aventure entrepreneuriale.

More posts by William Roy

Leave a Reply