Bonjour à tous,

Assez régulièrement, on me dit « toi qui est coach, tu dois avoir une solution pour tout… » et là commence une discussion problématique. J’ai décidé aujourd’hui de vous présenter la base de la posture de coach, la clef de voute de toute la rhétorique du développement personnel et surtout mon mode opératoire premier.

 

Une solution VS votre solution

A une époque où il est aisé de trouver des produits qui répondent à nos besoins les plus précis (pensez aux shampooings par exemple avec ceux pour les cheveux bruns, blonds, colorés, gras, sec…) nous sommes habitués à se voir fournir une solution.

C’est vrai, après tout pourquoi s’inquiéter d’un domaine (cosmétique, travaux, écologie…) où d’autres sont plus compétents? Cela n’empêche en rien de faire sa juste part comme c’est le cas pour l’écologie, la politique ou autres.icon_68320

Cette dynamique semble dorénavant toucher l’ensemble des domaines de notre vie. Ainsi, puisqu’on nous dit que consommer, quoi sauvegarder, quoi regarder à la télévision ou écouter à la radio, pourquoi pas me dire ce que je dois faire de ma vie?

Effectivement, pourquoi pas vous dire quoi faire? Après tout en tant que professionnel de l’accompagnement de projet, j’en vois passer plusieurs par semaine et je devrais savoir exactement ce dont vous avez besoin… Oui, mais non.

Une solution est toujours utile, elle peut inspirer, faire réfléchir, mais c’est une solution, ce n’est pas VOTRE solution. Certains médecins ne s’y trompent plus et travaillent à adapter le traitement qu’ils donnent au patient, contrairement à d’autres qui ont une grille toute prête du genre « c’est une angine donc X, Y et Z matin midi et soir ».

J’ai tendance à préférer les premiers au second et à avoir la même démarche avec mes clients: « tu veux une solution? Laisse-moi te poser les bonnes questions qui t’aideront ».

C’est en général ainsi que je résume ma posture et cette qui vous sera la plus utile.

 

Pourquoi?

Si j’écris ces lignes, c’est pour plusieurs raisons. Je vous donnerai simplement la principale: c’est que j’ai pu observer des coach, thérapeutes ou autres qui étaient très directif avec leurs clients. Peut-être était-ce nécessaire à ce moment là, peut-être le client avait besoin de cela, mais ce qui est certain c’est qu’à donner des réponses, des solutions, le client ne fait pas le chemin qu’il devrait faire. Le développement de la personne passe par un développement de la réflexion, de l’intellect et de la posture que nous avons face à nos actions. Si l’on enlève cela à nos clients, nous leur enlevons 80% de ce que nous pouvons leur apporter, c’est dommage non?

Bon Weekend!

 

William

William Roy

Author William Roy

Depuis maintenant 6 ans, j'aide les projets à sortir de terre et les porteurs de projet à profiter pleinement de leur vie et de leur aventure entrepreneuriale.

More posts by William Roy

Join the discussion 4 Comments

  • Mike dit :

    Je suis assez d’accord avec toi, le regard extérieur du coach lui permet de poser les bonnes questions pour accompagner le client à trouver les bonnes solutions. S’il donne la solution à ses clients, dans le cas des startups, cela relève plus du mentoring.

Leave a Reply