Astuce anti déprime: l’oeil du photographe

By 20 novembre 2015Bonheur, Coaching, PNL, Positivité

Bonjour à tous,

j’avais envie d’écrire cet article depuis quelques temps. Ce qu’il s’est passé vendredi dernier m’a convaincu de son utilité. Bien entendu, ce n’est pas la solution à un problème qui me dépasse mais un rappel de ce que vous pouvez faire pour cultiver votre bonheur et celui de vos proches dans un contexte où se laisser aller au malheur, à la déprime est bien plus aisé.

L’oeil du photographe

Qu’il soit question de Willy Ronis, de Robert Doisneau, de Lucien Clergues ou de Raymond Depardon, tous ont en commun d’avoir développé un « oeil » un regard bien particulier. Ce regard personnel est une qualité immense qui leur permet de voir la beauté du monde, même quand celle-ci semble insignifiante. Développer son regard pour voir les belles choses, c’est aussi un concept de PNL, nous y reviendrons. Pour commencer, je vous partage ici quelques clichés qui appartiennent à leurs auteurs respectifs (dans l’ordre Doisneau, Ronis et Clergue).

Voyez comment chacun a « capté » un regard, une lumière, qu’il va chercher à fixer sur la pellicule. Voyez comme sur ces clichés ce sont parfois des détails qui vous accrochent pour de bon.

 

La PNL, les lunettes roses anti-déprime

La PNL est à la fois une palette d’outils et une philosophie de vie. Pour les outils, vous devez en connaître quelques uns : ancrage, double dissociation, brouillage…Pour la philosophie, c’est un peu plus simple (au moins dans l’idée, dans les faits, c’est à cultiver chaque jour…) : être inconditionnellement positif et constructifs. On résume souvent cette idée avec l’analogie du verre à moitié plein. C’est un poil réducteur mais globalement c’est ça.

Pourquoi est-ce si fondamental? Parce que nous vivons dans un contexte anxiogène où il est plus facile de voir ce qui ne va pas dans le monde (allumez donc la radio ou regardez donc le JT) que ce qui va. Bien entendu, des événements horribles comme vendredi sont impossibles à oublier (et selon moi il ne faut pas les oublier) mais il est possible d’y penser différemment comme le fait le dessinateur de Bande Dessinée ZEP. C’est à nous de travailler notre vision du monde pour y voir le potentiel, la beauté et non plus simplement les carences, l’horreur, le désespoir et la déprime.

Changer son regard sur le monde

Toute cette profession de foi ne servirait à rien sans l’ajout de pistes pratiques pour que vous puissiez adopter une posture mentale aidante.

Plusieurs solutions :

  • Devenez plus contemplatifs et cherchez le détails dans une scène que vous observez, à la terrasse d’un café, dans une file d’attente…
  • Utilisez plus souvent l’appareil photo de votre smartphone pour prendre des clichés de détails qui vous touchent, vous accrochent.
  • Lancez-vous dans un exercice d’écriture ou vous cherchez à décrire le plus précisément possible une scène.
  • Réapprenez à voir le potentiel positif de chaque situation en vous questionnant régulièrement.

Il existe autant de solution que de personnes et je serai ravi de lire les vôtres en commentaire.

Merci à tous.

Bon Weekend.

William

William Roy

Author William Roy

Depuis maintenant 6 ans, j'aide les projets à sortir de terre et les porteurs de projet à profiter pleinement de leur vie et de leur aventure entrepreneuriale.

More posts by William Roy

Leave a Reply