La carte, le territoire et votre prise de parole en public

Bonjour à tous,

aujourd’hui, je vous propose un article qui liera PNL et prise de parole en public afin de faire de vous des orateurs de talent. Chaque fois que nous nous exprimons, nous nous basons sur des présupposés qui peuvent devenir dangereux. Examinons cela ensemble.

La base de la PNL: la carte et le territoire

J’aime cette image, c’est l’un des premiers contacts que j’ai eu avec cet aspect de la PNL. A cette époque j’étais en Master 2 de sociologie et nous étudions un article de Bruno Latour sur les pédologues (spécialistes des sols). Dans cet article, toute l’importance de la relation en carte et territoire est mise en avant. Les scientifiques prélèvent des échantillons de sol et les ramènent en laboratoire. A terme, lorsqu’ils étudient leurs prélèvements, ces derniers deviennent le lieu de prélèvement dans son entièreté. On a donc un glissement de la partie vers le tout. En somme, la carte dessinée devient le territoire représenté dans sa totalité.

Il est parfois délicat de bien comprendre la réalité qui est perçue par nos interlocuteurs, surtout pendant un prise de parole en public où les échanges sont délicats. En dehors du VAKOG et des métaprogrammes, il y a aussi les croyances, les biais cognitifs et moultes autres occasions d’être mal compris.

En somme, nous avons l’embarras du choix pour être mal compris. Cet éventail de possibilités devient de plus en plus grand à mesure que le nombre de personnes participant à la discussion ou assistant à votre conférence s’agrandit.

Nous allons donc voir plusieurs prérequis pour être toujours parfaitement compris lors de nos prises de paroles en public.

Pensez votre prise de parole en public comme un logiciel ou une applications

Quand on commence à utiliser un logiciel ou une application mobile, nous subissons tous un apprentissage forcé. Cet apprentissage est souvent représenté comme une Afficher l'image d'originecourbe et ce n’est pas pour rien. En somme plus le temps passe, moins vous apprenez. L’expérience aidant, vous n’avez plus de questionnement en utilisant l’application ou le logiciel. Cependant, dans le cas de certains logiciels, il est impensable de les utiliser tellement nous nous sentons ignares face à leur interface.

Il en va de même avec les conférences, pitchs et allocutions diverses. Lorsque nous n’avons pas tous les codes, il est délicat de bien comprendre ce dont il s’agit, voire tout simplement de s’intéresser à ce qui est dit.

Quand un orateur parle sans se soucier de son audience, il perd à minima deux occasions. La première est de partager, puisqu’il parle sans chercher à créer de rapport. La seconde est de recruter, puisqu’il ne fait rien pour être compris. Or, les objectifs d’une prise de parole en public sont de rallier du monde à votre cause, d’informer et de partager…

En somme vos allocutions doivent être comme des tutoriels au début des applications mobiles, comme des guides pas à pas qui amènent vos interlocuteurs vers un niveau supérieur de connaissance, les efforts en moins.

Lorsque vous parviendrez à cela, vous aurez moins de chance d’être mal compris.

Planter des images dans l’esprit de votre auditoire.

Quand on regarde les grands discours qui ont émaillé notre histoire, “I have a dream “ en tête, ces derniers ont tous un point commun: ils nous permettent de visualiser quelque chose. Qu’il s’agisse de vous faire imaginer un monde plus juste, une Amérique “great again” ou un effort collectif prometteur, les images sont là.

Les bons orateurs, ce qui vont faire en sorte qu’il n’y ait aucun malentendu sur leur position idéologique et actionnelle plantent des images dans l’esprit de leurs auditoires. C’est une technique d’influence bien connue et dans certains cas, bien trop utilisée. Pourtant, au bon dosage elle est terriblement efficace.

Imaginez-vous en train de donner un discours qui captive toute une salle, ou vous sentez que chacune des personne présente vous suit. En train de transmettre vos idées et d’avoir la certitude qu’elles sont parfaitement comprises. Imaginez-vous en train de quitter l’estrade sachant que vous venez de créer 50, 100, 200 ambassadeurs pour vos idées, votre cause?

Cela vous plairait?

Souvenez-vous qu’une image vaut 1000 mots et relisez le paragraphe précédent.

J’ai pris soin de placer 3 images bien nettes qui vous montrent votre réussite (c’est cadeau 😉 ).

Pour bien impacter votre auditoire, travaillez vos métaphore, images et exemples pour que tout devienne limpide. Quoi qu’il arrive, faites en sorte de faire appel aux sens de vos spectateurs. Plus vous parlerez au cerveau reptilien, plus vous aurez de chance d’être bien compris.

Enfin, le dernier point qui n’a pas besoin de faire un paragraphe complet: on reconnaît les experts à leur capacité à simplifier leur discours. Ils sont capables de le faire parce qu’ils maîtrisent pleinement leur sujet. Et vous?

Bon weekend!

William Roy

Author William Roy

Depuis maintenant 6 ans, j'aide les projets à sortir de terre et les porteurs de projet à profiter pleinement de leur vie et de leur aventure entrepreneuriale.

More posts by William Roy

Leave a Reply