Productivité: créer sa recette avec la 25e heure

By 19 janvier 2018Coaching

Bonjour à tous,

Il y a quelques temps, j’ai reçu cet email :

J’avoue l’avoir traité dans les 24 heures, notamment parce que j’aimais l’idée de LA chose qui me fait gagner du temps. Ils ne me demandaient pas de rdv téléphonique de 2 heures, juste 3 lignes sur ce que j’aime faire pour être plus productif.

J’ai reçu le livre qui a résulté de cet émail (et des 300 autres qu’ils ont envoyé) qui s’appelle « La 25e heure« . C’est une excellente base de connaissances. Si vous deviez commencer à vous intéresser à votre productivité, c’est un bon début.

Vous y trouverez des conseils très pratiques, peu de théorie et des outils gratuits ou non qui vous aideront dans la rationalisation de votre travail.

Soyons bien clairs, si vous avez déjà travaillé le sujet, ce livre sera peut-être un peu léger mais pour tous ceux qui font encore cela à l’instinct, qui ne parviennent pas à trouver leur recette de productivité, allez-y sans soucis. La « 25e heure » se lit vite et est vraiment bien pensé. Accessoirement son prix très raisonnable fera des heureux !

Je vais arrêter là la promotion pour passer sur ce qu’à déclenché ce livre chez moi.

Forcément, si je vous recommande une lecture, c’est bien plus parce que j’ai apprécié le contenu que parce que j’ai fait un email de 4 lignes qui a été intégré …

J’ai recommencé à bien travailler ma productivité. En plus du coaching, de Pitch Cards, de ma famille et de mes loisirs, j’ai plusieurs challenges qui arrivent et qui me demandent du temps. Ma gestion de ce dernier se doit donc d’évoluer. Je me suis remis à questionner ma to-do list pour créer quelque chose de plus vivable.

Recette de productivité : les 3 choses à faire absolument

C’est le conseil qui revient le plus dans les mails reçus autour de la 25e heure selon ses auteurs. C’est très simple plutôt qu’une liste de choses à faire qui devienne sans fin, décider de 3 choses à faire absolument peut être libérateur.

Clairement, j’avais en tête de recommencer à formaliser cette recette pour moi-même. J’ai commencé à le faire puis je me suis aperçu qu’au final j’avais une autre recette qui venait la supplanter.

LA chose.

The Addams Family Hand GIF - Find & Share on GIPHY

J’ai en fait tendance à me concentrer sur une chose essentielle à faire par jour. Cela peut être une chose qui va impliquer des étapes préalables ou autre mais je détermine UN objectif et un seul à ma journée et je fais tout pour l’atteindre. Cela créé une sensation de travail accompli qui apaise la petite voix qui dit qu’on travaille jamais assez. Mais si, vous voyez bien celle dont je parle, celle qui peut vous réveiller la nuit, vous stresser indument ou simplement vous faire rester à votre bureau alors que vous êtes fatigué(e) et que vous en avez assez.

C’est en lisant « The one thing » de Gary Keller que je me suis aperçu que je faisais naturellement cela.

Dans tous les cas, cette méthode m’apporte plus de résultats que d’autres déjà essayées.

 

Recette de productivité : Dédier des temps privilégiés de formation

Un autre point soulevé par la lecture de la 25e heure et par plusieurs situations dernièrement est mon temps de formation. En tant que coach je dois toujours approfondir des sujets divers et avec les aléas de la vie d’indépendant, il arrive que cela passe à la trappe.

Si j’ai pu travailler 5 heures par jours pendant plus d’un an, en ce moment je n’en ressens plus le besoin. La conduite du projet Pitch Cards et d’autres challenges dont je parlerais à l’occasion sont des projets auxquels je tiens et qui, une fois bien lancés, me permettront de repasser à ce rythme de travail. Tout est question de circonstance.

Par contre, même si ces projets sont chronophages, la formation reste une pierre angulaire de mon métier de mon excellence dans mes domaines. Je refuse de faire du mauvais travail et d’être rémunéré pour cela. J’ai bien trop de « confrères » (sans éthique et non certifiés) qui le font et je dois déjà m’affranchir de leur déficit d’image. Mon éthique et mon envie d’aller directement dans des discussions sympa et pas des « non mais je fonctionne différemment de X ou Y… » font que j’ai BESOIN de me former, de faire une veille et de pratiquer.

Pour cela, j’ai décidé de « sortir » 2 à 3 heures par semaine pour me former. Apprendre à créer des canaux de conversion, parce que mes clients dans le e-commerce me parlent de ça, découvrir le nouveau livre de tel auteur qui a déjà bien marqué le domaine du développement personnel ou de l’entrepreneuriat, voir telle conférence ou vidéo parce qu’on m’en a parlé en me disant « j’ai pensé à toi… »

Faire cela limite les moments de flottement où je dois réaliser une tâche sans être outillé pour cette dernière. Je gagne énormément de temps en faisant cela. Si je sais que j’ai une tâche particulière qui va arriver, je prends soin de me former ou de trouver une ressource (tuto, vidéo youtube…) qui puisse me rafraichir la mémoire et m’éviter de « farfouiller » dans une interface ou dans un protocole quand j’en ai besoin.

Enfin le dernier point et celui là a été le plus difficile à mettre en place : quand j’ai envie de faire du sport, j’en fais. Qu’il soit 11h du matin ou 17h. Si mon corps me dit bouge, je bouge. En écoutant ce dernier j’évite énormément de frustration et d’énervement autour de ma gestion physique (à l’occasion, je vous parlerais des différentes dimensions que je pense gérer dans ma vie).

Et vous quelles sont vos recettes de productivité?

Bon weekend.

William

 

William Roy

Author William Roy

Depuis maintenant 6 ans, j'aide les projets à sortir de terre et les porteurs de projet à profiter pleinement de leur vie et de leur aventure entrepreneuriale.

More posts by William Roy

Leave a Reply